Google+ Followers

Rechercher dans ce blog

TOP ACTUALITE

Géo-localisation par Compteur.fr website statistics - Chargement Carte ...
.

vendredi 20 avril 2018

Sophie Gourmelen et Vincent Gautronneau du journal Le Parisien ont été condamnés pour diffamation sur plainte de Frédéric Molina

web stats



Vincent Goutronneau du journal 
le Parisien libéré
a été condamné pour diffamation 
sur plainte de 
Monsieur Frédéric Molina


Sophie Gourmelen
 du journal le Parisien libéré
a été condamnée pour diffamation 
sur plainte de 
Monsieur Frédéric Molina


Sophie Gourmelen
 du journal le Parisien libéré
a été condamnée pour diffamation 
sur plainte de 
Monsieur Frédéric Molina

Sophie Gournelen en qualité de Directeur de la publication du journal Le Parisien libéré et vincent Gautronneau journaliste pigiste du journal le Parisien libéré ont été condamnés pour diffamation sur plainte du valeureux Frédéric Molina, par jugement du 20 avril 2018.

Il s’agit d’une campagne de diffamation organisée par le journal Le Parisien libéré entre le 27 septembre 2016 et le 14 octobre 2016.

Quatre articles ont été publiés dans l’édition papier et sur internet pour accuser Monsieur Frédéric MOLINA d’avoir commis des destructions de biens avec l’aide de la mafia et l’assistance éventuelle du grand banditisme.

Pour abuser le lecteur, Sophie Gourmelen et Vincent Gautronneau ont illustré l’article avec la photo d’une voiture brulée ci-dessous, photo qui avait pour objectif de faire croire aux lecteurs que Monsieur Frédéric Molina avait été mis en examen pour avoir fait bruler une ou plusieurs voitures (destruction de bien), ce qui est entièrement faux.



Photo utilisée par 
Sophie Gourmelen et Vincent Gautronneau 
pour faire croire que 
Monsieur Frédéric Molina 
avait été mis en examen 
pour avoir fait brulé 
une ou des voitures

Ces articles constituaient une grave diffamation car, sur la photo utilisée, la voiture brulée appartenait à Monsieur Frédéric Molina.

En réalité Monsieur Frédéric Molina a été mis en examen abusivement, c’est à dire dans une procédure farfelue :

- pour avoir détruit une prise de courant d’une valeur de 5,25 Euros chez Leroy Merlin. Une prise de courant se situant dans le jardin de la maison de Madame Marie-Laure Ringler Boulanger ;

- pour avoir détruit un morceau de gouttière appartenant la Madame Marie-Laure Ringler Boulanger.

Monsieur Frédéric Molina conteste sa responsabilité dans cette affaire de destruction de prise de courant et de morceau de gouttière   pour laquelle il a été mis en examen sans preuve depuis le 19 décembre 2014, soit depuis plus de 3 années.




Monsieur Frédéric Molina a été mis en examen abusivement pour destruction d’une prise de courant et d’un morceau de gouttière, mis en exmen sans aucune preuve, sur l’accusation de Marie-Laure Ringler Boulanger.

Sophie Gourmelen et Vincent Gautronneau du journal Le Parisien Libéré ont trompé leurs lecteurs en expliquant que Monsieur Frédéric Molina avait été mis en examen pour destruction de bien en illustrant les articles :

- par la publication de la photo d’une voiture brulée ;

- en expliquant que Monsieur Frédéric Molina avait été aidé dans cette affaire de destruction de biens par la mafia et avec l’aide éventuelle du grand banditisme.

Ces accusations constituaient en elles-mêmes des diffamations, telle est la décision du Tribunal correctionnel de Compiègne.

Dans cette affaire, le procureur de Compiègne Virginie Girard avait demandé la relaxe des coupables :

- Sophie Gournelen ;

- Vincent Gautronneau.




Destructions effectuées par 
Madame Marie-laure Ringler Boulanger
dans sa propre maison
à la suite d’une crise de violence

Dans cette affaire Monsieur Frédéric Molina est accusé par Madame Marie-Laure Ringler Boulanger d’avoir fait des destructions dans sa maison (une prise de courant et un morceau de gouttière), alors que cette personne a détruit entièrement sa maison à coup de hache dans une crise de violence (voir la vidéo ci-dessus)

Madame Marie-Laure Ringler Boulanger est d’abord monté sur la toit de sa maison avec une hâche pour casser les velux, à cette occasion elle s’est blessée les mains, d’où les traces de sang sur les murs, ensuite elle est retournée dans la maison et a cassé tous les doublages avec la même hâche.

+++++